Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua
Juifs et non juifs messianiques réunis dans la foi en yeshoua.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Les pommes et le miel prophétique de Rosh Hashana en 3 parties

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum -> Thora, Bible... -> Tout sur les fêtes de l'Eternel et les fêtes juives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
dorcas
administrateur
administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2007
Messages: 6 983

MessagePosté le: Jeu 13 Sep - 22:14 (2012)    Sujet du message: Les pommes et le miel prophétique de Rosh Hashana en 3 parties Répondre en citant

Les pommes et le miel prophétique de Rosh Hashana (1)

Écrit par Jacques . Fête des trompettes


Pourquoi les pommes et le miel à Rosh Hashana ? Quel rapport avec la Parole de D.ieu ? (1ère partie)


 

A Rosh Hashana nous avons la coutume dans nos assemblées messianiques de partager des pommes avec du miel « Tapouah Bedvash » ou encore « Tapouah Im Dvash »


Comme nous l'avons déjà vu maintes fois dans plusieurs commentaires bibliques, la cinquième fête de l'Eternel est la fête de Yom HaShofarim que l'on retrouve dans Lévitique 23 et que l'on célèbre maintenant précisément. Cette cinquième fête nous rappelle que le début de l'année biblique est à Pessah et non en septembre à Rosh Hashana.


Mais où se trouve notre Mashiah dans Rosh Hashana? Pour garder "l'église au milieu du village" et la Vérité Biblique dans le mouvement messianique, nous avons pris le pli d'analyser les traditions et d'y rechercher Yeshoua : le Mashiah, notre Sauveur. S'il s'y trouvait alors la tradition était acceptable. S'il n'y trouvait pas, alors on pourrait considérer la tradition comme secondaire.
Qu’en est-il donc réellement du point de vue de D.ieu sur la question de la tradition de Rosh Hashana ? Quelle est la limite entre la tradition des hommes et la volonté de D.ieu dans cette fête ? Quel secret tout-à-fait incroyable et prodigieux découvrons-nous dans cette fête?
Quand on se donne la peine de chercher "par tatonnement" comme nous le dit l'apôtre Paul, on peut alors équarquiller grandement nos yeux devant la révélation des mystères de certaines traditions juives rejetées par le christianisme mais révélée aujourd'hui même par D.ieu pour notre plus grande Joie. Un but à tout ceci : glorifier et bénir le Saint d'Israël.


La bible associe couramment trois éléments alimentaires naturels : le miel, le lait et le levain.
Les deux premiers éléments représentent l’accomplissement des promesses de D.ieu à l’égard de son peuple, elles sont signes d’abondance, de prospérité et de reconnaissance que le peuple doit avoir envers son D.ieu. 
Le levain quant à lui, représente souvent le péché, l’orgueil, la paresse et l’arrêt du combat spirituel.
Le levain fait monter la pâte et nous donne du pain bien croustillant pendant 360 jours par an. Les 5 autres jours de l’année sont réservés à la consommation de matzot (pain sans levain) à Pessah.  

Le lait
Le lait halav signifie lait, fromages, graisse, sevrage, blanc (comme du lait),  métaphoriquement il représente l’abondance de la terre et vient d’une racine du sens d’être gras, graisse, meilleur, entrailles, succulent, morceau de choix, meilleur part, abondance (des produits de la terre), huile, vin, moût. (Nombres 18:12)
La fonction première du lait est de nourrir la progéniture jusqu'à ce qu'elle soit sevrée, c'est-à-dire capable de digérer d'autres aliments puis est délaissé progressivement au profit d’une alimentation plus solide. 
Le lait qui contient une bonne dose de calcium est, parmi les liquides biologiques animaux, un de ceux qui contiennent la plus grande concentration d’acide citrique, c'est un anticoagulant et il s’oppose à la précipitation des protéines.
 
Le miel
Le miel nous apporte la douceur lorsque nous en avons besoin dans des temps rudes et difficiles. Souvent même un manque d’affection ou la sécheresse de la vie nous créait en nous le besoin de sucre et de douceur alimentaire. 
Les bienfaits du miel sont multiples, et différents selon le type de miel.
Le miel renferme moins de calories que le sucre. Son index glycémique varie d'une espèce à l'autre (32 pour le miel d'acacia et 80 pour le miel mille fleurs) tout en ayant une incidence plus faible sur le taux de sucre sanguin que le sucre ou le saccharose. Son efficacité sur certains types de brûlures est attestée : il accélère la cicatrisation des tissus. Il est également utilisé sur d'autres types de plaie, avec une certaine efficacité, plus spécialement avec le miel de thym. Face à l'intérêt thérapeutique du miel, certains laboratoires l'incorporent dans leurs produits.
« Un pays qui produit (…), l’olive huileuse et le miel », il s’agit du miel de dattes.
Le miel ne provient pas du corps des abeilles, mais est un produit qu’elles absorbent de différentes plantes, pour ensuite le dégurgiter. C'est la raison pour laquelle le judaïsme considère le miel comme casher. De récentes découvertes révèlent d’ailleurs que l’abeille possède deux estomacs, dont l‘un ne sert qu’à la formation du miel, et ne contient aucun liquide secrété par le corps de l’abeille (contrairement au second estomac destiné à la digestion propre de l’abeille). L’enzyme responsable de la décomposition des molécules de nectar (dans l’estomac de l’abeille, responsable du miel) se re-décompose en fin de processus et n’est nullement sécrété par l’abeille !!!
Toxicité du miel
Tous les miels ne sont pas bons. Les miels de certaines régions du monde peuvent selon la flore butinée par les abeilles se révéler toxiques lors de leurs ingestions par l’homme. Des accidents très rares, liés à leurs consommations, sont rapportés depuis l’Antiquité. Ils sont dus à la présence d’andrométoxine, toxine issue du nectar de certaines variétés d’azalées, de kalmias.
 
Le levain 
Les céréales ainsi que les légumineuses contiennent de l'acide phytique situé dans l'ensemble du grain mais plus principalement dans leur enveloppe (péricarpe). Cet acide s’associe à certains minéraux présents dans l’intestin pour former des phytates insolubles. Il empêche l'assimilation des minéraux dans notre organisme (l'on parle de déminéralisation). Heureusement, sous l'action de la phytase (une enzyme mieux activée dans le levain), l'acide phytique est détruit. Plus le taux d'extraction d'une farine est élevé, plus sa teneur en acide phytique est importante. Plus un pâton fermente, plus la phytase du levain a le temps de libérer les minéraux de cette association avec l'acide phytique. En outre, la pâte qui lève par l'action du levain est un début de fermentation : le processus de digestion a déjà démarré en dehors de l'estomac. 
 
Un sacrifice qui coûte

D.ieu nous a donné chacun de ces trois éléments : lait, miel et levain pour un but : « L’Eternel a tout fait pour un but, même le méchant pour le jour du malheur. » (Proverbes 16:4)
Le levain, le miel et le lait, chacun avec ses caractéristiques propres, ne sont évidemment pas mauvais en soi comme on vient de le voir. 
 
Par contre ce qu’il nous faut savoir aussi c’est que les offrandes à D.ieu ne peuvent jamais comporter des choses qui facilitent ou adoucissent notre vie terrestre ou qui satisfont notre corps et notre âme.
 
Le roi David disait « Mais le roi David dit à Ornan: Non! je veux l’acheter contre sa valeur en argent, car je ne présenterai point à l’Eternel ce qui est à toi, et je n’offrirai point un holocauste qui ne me coûte rien. » (1 Chroniques 21:24) et la nouvelle alliance nous dit « Par lui, offrons sans cesse à D.ieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. » (Hébreux 13:15)
 
Un choix à faire
Les sacrifices agréables à D.ieu doivent obligatoirement nous coûter quelque chose et c’est la raison par exemple de nos jeûnes fréquents :
«  Aucune des offrandes que vous présenterez à l’Eternel ne sera faite avec du levain; car vous ne brûlerez rien qui contienne du levain ou du miel parmi les offrandes consumées par le feu devant l’Eternel. » (Lévitique 2:11)
Sans le discernement de la volonté de D.ieu, c’est le péché de Caïn qui se révèle ici : 
- Soit le lait représente la bénédiction soit il symbolise le désir de ne pas grandir spirituellement et de vouloir rester un enfant sans responsabilité ;
- Soit le miel représente la douceur soit la satisfaction de la chair ;
- Soit le levain protège notre santé soit il révèle l’orgueil.
Amen
Beth Yeshoua
_________________
Blog sur la Shoah : http://souvenez-vous.skynetblogs.be/
Pour l`amour de Sion je ne me tairai point, Pour l`amour de Yeroushalaïm je ne prendrai point de repos, Jusqu`à ce que son salut paraisse, comme l`aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s`allume. 2 Alors les nations verront ton salut, Et tous les rois ta gloire; Esaïe 62 : 1
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 13 Sep - 22:14 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
dorcas
administrateur
administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2007
Messages: 6 983

MessagePosté le: Jeu 13 Sep - 22:17 (2012)    Sujet du message: Les pommes et le miel prophétique de Rosh Hashana en 3 parties Répondre en citant

Les pommes et le miel prophétique de Rosh Hashana (2)
Pourquoi le miel à Rosh Hashana ? Quel rapport avec la Parole de D.ieu ? (2)
 



Nous avons vu dans la première partie de notre commentaire sur la fête de Rosh Hashana, les éléments naturels que nous consommons et que l'on retrouve dans le texte biblique : le lait, le miel et le levain et aussi le choix que nous avons à faire par rapport à ces trois éléments.
Devons-nous continuer à nous faire allaiter spirituellement ou avons-nous décidé une bonne fois pour toutes de prendre une nourriture solide ?
Pouvons-nous accepter un enseignement difficile sur les juifs, sur la Shoah, sur le Millénium et le Royaume d'Israël, sur le salut des juifs ou avons-nous encore besoin d'apprendre sur le salut et la croix ? 
Avons-nous encore besoin de levain pour nous sentir bien et satisfaire notre ego ou pouvons-nous nous satisfaire de la Parole de D.ieu ? 
Nous allons découvrir des choses étonnantes dans la tradition juive que d'aucuns considèrent comme méprisables.  
Pour commencer voyons un petit rappel sur ce qu'est cette fête en réalité. 
Rosh Hashana ; petit rappel
Roch Hashana de l’hébreu : ראש השנה, littéralement « tête de l’année », est la célébration marquant le Nouvel An du calendrier hébraïque, c’est-à-dire l’année civile juive débutant le 1er Tichri, de la même façon que le 1er janvier marque la nouvelle année du calendrier grégorien.
Yom Terouah : Jour de la Sonnerie (du shofar) -- c’est ainsi que la Torah (Lévitique 23:24 et Nombres 29:1) fait référence à ce qu’elle appelle le « 1er jour du septième mois », l’année biblique commençant le 1er Nissan.
La sonnerie du chofar reste de nos jours encore la tradition la plus caractéristique de Roch Hachana.
Cette fête est la première des 10 jours de repentance appelés Yamim Noraïm « Jours redoutables », les jours les plus solennels de l’année juive, s’achevant à Yom Kippour ; les Yamim Noraïm sont précédés par le mois d’Eloul, durant lequel chaque Juif est supposé commencer un processus d’introspection et de repentance, ce procédé culminant lors des Jours Redoutables.


Yom HaZikaron : le Jour de la Remémoration d’après Lévitique 23:24, remémoration de la Terouah, de l’épisode dit de la Ligature d’Isaac, où le son d’un shofar retentit pour la première fois. On commémore également les disparus, ainsi que la Création du Monde.
La tradition juive propose la consommation de miel au début de l’année juive. Il nous est rapporté de consommer, le soir de Rosh Hashana des pommes trempées dans du miel, signe d’une année douce.
Cette tradition qui n’est en apparence pas vraiment biblique, nous rend solidaires avec le peuple juif pour espérer l’intervention de D.ieu dans l’année civile juive qui arrive. Cette espérance biblique tient compte des promesses divines.
 

Parmi les fêtes bibliques « obligatoires » il en est une,  la cinquième qui est célébrée à Rosh Hashana : la fête des shofarim (trompettes). 
« 24  Parle aux enfants d’Israël, et dis: le septième mois, le premier jour du mois, vous aurez un jour de repos, publié au son des shofarim, et une sainte convocation. 25  Vous ne ferez aucune œuvre servile, et vous offrirez à l’Eternel des sacrifices consumés par le feu. 26  L’Eternel parla à Moïse, et dit: 27  Le dixième jour de ce septième mois, ce sera le jour des expiations (yom hakippourim) : vous aurez une sainte convocation, vous humilierez vos âmes, et vous offrirez à l’Eternel des sacrifices consumés par le feu. » (Lévitique 23 :24-27)
 
Le miel de la Parole de D.ieu

Dans le Tanah, le mot masculin miel Devash vient d’une racine du sens d’être gommeux, miel et signifie « miel », « rayon de miel », « prémices du miel » c-à-d. des « fruits doux », des « dattes »; « miel des raisins », c-à-d. du moût qu’on épaissit en faisant cuire une partie Genèse 43:11 Ezéchiel 27:17 
« Mon fils, mange du miel, car il est bon; Un rayon de miel sera doux à ton palais. » (Proverbes 24 :13)
 
Le miel doux est la Parole de D.ieu. Le miel se dit devash et obtenu grâce à l’abeille : devash dérivé en hébreu de devorah abeille. A partir de la même racine hébraïque qu’abeille vient la Parole de D.ieu devar ou davar, elle est douce comme du miel à notre âme. 
Quelle Merveille que la Parole de D.ieu !
« Il me dit : Humain, nourris ton ventre et remplis tes entrailles de ce rouleau que je te donne ! Je le mangeai, et il fut dans ma bouche doux comme du miel. » (Ezékiel 3:3)


Ezéchiel confirme cela : le rouleau de la Parole de D.ieu est doux comme du miel dans la bouche mais amer dans les entrailles, elle est douce pour nous; elle goûte la douceur mais elle est toutefois amère dans nos entrailles. Elle ne nous est pas seulement donnée pour grandir spirituellement pour accroître notre connaissance biblique mais elle est là aussi pour nous sanctifier et changer notre vie, pour circoncire notre coeur, ce qui pour nous est amer à nos entrailles et fait mal à notre for intérieur, à notre ego.
 

Trop de miel nous rend malade, trop de Parole de D.ieu sans mise en pratique de la Foi par les œuvres peut être mortel. 
 « Si tu trouves du miel, n'en mange que ce qui te suffit, de peur que tu n'en sois rassasié et que tu ne le vomisses. » (Proverbes 25 :16)
 
Il n’est pas bon d'être trop spirituel au détriment du cœur et de l’amour du prochain.
Comme on l’a vu plus haut, le miel avec le levain font lever la pâte de l’orgueil humain, de l'orgueil spirituel de ceux qui recherchent leur propre gloire.
« Il n'est pas bon de manger beaucoup de miel, mais rechercher la gloire des autres est un honneur. » (Proverbes 25 :27)
 

Si D.ieu veut notre sanctification et un sacrifice de notre part, nous devons lui demander qu’Il nous accorde pour l’année qui vient :
- des révélations concernant les secrets de ce trésor caché de sa Parole qu’Il veut révéler à ses enfants
- une douce année de paix pour Israël et pour les juifs de Belgique, pour notre pays la Belgique, pour notre ville, pour notre assemblée et nos familles
- d’avoir une soif de compassion envers son prochain plutôt qu’être replet

Les "pommes trempées dans le miel", ou la respiration de l’âme dans la Parole de D.ieu
La pomme se dit Tapouah  et vient de naphah une racine primaire « souffler, allumer, attrister, bouillir, bouillant, dédaigner, rendre (l’âme) »  1) respirer, souffler, renifler, bouillir, perdre (la vie), rendre l’âme 
1a) (Qal) respirer, souffler 
1b) (Pual) être soufflé 
1c) (Hifil) faire rendre l’âme, au fig.faire souffler, attrister, chagriner, faire languir
 
Naphah avec en finale la lettre het qui signifie "barrière" (du péché) signifie « bouillir, souffler, respirer, rendre l’âme »  et ce mot possède une relation avec nephesh (âme). L’âme a sa racine dans naphash se reposer, relâche ; (Nifal) reprendre son souffle, respirer (après le travail), se rafraîchir, se reposer
Amen


Beth Yeshoua
_________________
Blog sur la Shoah : http://souvenez-vous.skynetblogs.be/
Pour l`amour de Sion je ne me tairai point, Pour l`amour de Yeroushalaïm je ne prendrai point de repos, Jusqu`à ce que son salut paraisse, comme l`aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s`allume. 2 Alors les nations verront ton salut, Et tous les rois ta gloire; Esaïe 62 : 1
Revenir en haut
dorcas
administrateur
administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2007
Messages: 6 983

MessagePosté le: Jeu 13 Sep - 22:22 (2012)    Sujet du message: Les pommes et le miel prophétique de Rosh Hashana en 3 parties Répondre en citant

Les pommes et le miel prophétique de Rosh Hashana (3)


Pourquoi le miel à Rosh Hashana ? Quel rapport avec la Parole de D.ieu ? (3)
 




Rosh Hashana est l'une de ces traditions juives qui semble parfois, aux yeux des chrétiens, obscurcir la véritable fête de l'Eternel : la fête des trompettes "Yom Hashofarim", célébration ordonnée par D.ieu dans Lévitique 23. Il est vrai que l'on est en droit de se poser des questions. D.ieu donne des fêtes : Il en donne 7 à célébrer. Et voilà que le peuple juif s'amuse à transformer à sa guise ce qui a été ordonné par D.ieu. La fête de Yom Hashofarim qui devrait être célébrée en ce jour n'est pas le thème de cette étude. Se référer pour ce faire aux différents écrits sur ce thème dans notre site. Vous trouverez sur nos sites le clip vidéo de cette étude.
 
D.ieu est au-dessus de toutes choses et sa Souveraineté domine de surcroit même la tradition. Preuve en est ces différents commentaires données par l'hébreu et qui ajoutent la note finale prophétique annonçant le Mashiah Yeshoua.
Le mot Naphah, comme nous le disions dans la deuxième partie de notre commentaire sur Rosh Hashana,  possède une lettre finale la lettre "het" et qui signifie "la barrière" sous entendu "du péché". Ce mot Naphah signifie « bouillir, souffler, respirer, rendre l’âme »  et ce mot possède une relation avec nephesh qui signifie âme. L’âme a donc sa racine dans naphash "se reposer, relâche. Ce qui donne comme expressions "reprendre son souffle, respirer (après le travail), se rafraîchir, se reposer"


La tradition juive propose que nous plongions des morceaux de pommes dans du miel et que nous souhaitions à notre prochain "que ton année soit douce". Cela signifie que si notre âme est assoiffée et voudrait reprendre un souffle, nous disons "plongeons notre âme dans le miel de la Parole de D.ieu (le miel "Devash" a une racine commune avec la Parole "davar").


« Soutenez-moi avec des gâteaux de raisins, fortifiez-moi (rafraîchissez moi) avec des pommes; car je suis malade d’amour. » (Cantique 2:5)
« J’ai dit : Je vais monter au palmier, j’en saisirai les fruits
(rameaux)! Que tes seins soient comme des grappes de raisin (vigne), la senteur (Le parfum) de ton souffle comme celle des pommes » (Cantique 7:8)

Les pommes dans le miel sont comme une âme attristée, bouillante qui va se rafraîchir, se reposer en se plongeant dans la Parole de D.ieu. Ces pommes ont une odeur, un parfum : celui de la prière (Le parfum de ton souffle) !


Les pommes dans le miel sont donc comme une âme attristée (Naphah) par le péché (la lettre het), bouillante qui va se rafraîchir, se reposer en se plongeant dans la Parole de D.ieu (Devar - Devorah -Devash). Ces pommes ont une odeur, un parfum : celui de la prière (Le parfum de ton souffle) !
Les pommes
Les pommes se disent tappouah et se retrouvent sur la Menorah dans le Temple. Pourquoi était-il nécessaire d’y faire des pommes et que représentent-t-elles ?
Le chandelier représente le Mashiah
Exode 37:20  « A la tige du chandelier il y avait quatre calices en forme d’amande, avec leurs pommes et leurs fleurs. »
Exode 37:22  « Les pommes et les branches du chandelier étaient d’une même pièce; il était tout entier d’or battu, d’or pur. »

Les pommes du chandelier
« Tu feras un chandelier d’or pur; ce chandelier sera fait d’or battu; son pied, sa tige, ses calices, ses pommes et ses fleurs seront d’une même pièce ». (Exode 25:31)

« Des pommes d’or sur des ciselures d’argent, telle est une parole dite à propos. » (Proverbes 25:11)   
Pommes se dit en hébreu tappouah comme le nom que portaient plusieurs villes : dans la plaine Josué 15.34  près d’Hébron, et sur la frontière d’Ephraïm et de Manassé (17.8), où croissaient certainement beaucoup de pommiers.
La prunelle de l’œil
La prunelle de l’œil, ou pupille, était aussi désignée par le mot tappouah. Deutéronome 32.10; Ps 17.8; Lamentations 2.18; Zach 2.1
Nous savons qu'Israël est la prunelle de l'œil de D.ieu :
« Car le partage de l’Éternel, c’est son peuple, Jacob est sa part d’héritage. Il l’a trouvé dans un pays désert, Dans un chaos hurlant et aride; Il l’entourait, il en prenait soin, Il le gardait comme la prunelle de son œil » (Deutéronome 32:9-10)

Les pommes font penser aux yeux, aux pupilles de D.ieu. Elles sont représentées sur les sept branches du chandelier à côté des sept flammes qui représentent aussi les sept esprits de D.ieu et à côté des sept yeux de l'Agneau : Yeshoua, la lumière.
« Et je vis au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des anciens, un Agneau debout, qui semblait immolé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de D.ieu envoyés par toute la terre ». (Apocalypse 5:6)

La Ménorah typifie le Mashiah. Dans la Ménorah se retrouvent :
1) Les pommes signifiant les yeux de D.ieu : Le Père
2) Les sept flammes ou sept lumières : Le Fils Yeshoua
3) Les sept esprits de D.ieu : Le Saint-Esprit

Puisque Israël est la prunelle de D.ieu (la pomme) il est comparé à un pommier « comme un pommier parmi les arbres de la forêt... » (Cantique des Cantiques, 2-3)
Dans le Cantique des cantiques, le souffle de la bien-aimée du Seigneur a aussi un parfum, c'est celui des pommes. « Je me dis: Je monterai sur le palmier, j’en saisirai les rameaux! Que tes seins soient comme les grappes de la vigne, Le parfum de ton souffle comme celui des pommes » (Cantique 7:8)
La Parole est comparée au parfum de pomme du souffle de l'Epouse du Mashiah !
Les pommes dans le miel sont aussi cette prunelle de l’œil de D.ieu plongé dans Sa Parole. Israël est assimilée à cette prunelle de l’œil de D.ieu qui plonge ses regards dans la Torah.

Les souhaits à ROSH HASHANA
Un vrai souhait ne peut "fonctionner" que par Yeshoua.
A Rosh Hashana on se souhaite ces mots « Que ton nom soit inscrit et scellé dans le livre de vie ». Ce souhait ne peut-il venir que par Yeshoua puisque sans passer par l’Agneau immolé, le Fils de D.ieu Yeshoua HaMashiah, il est impossible d’avoir son nom inscrit et scellé dans le livre de vie ? D.ieu est Seul Juge et Maître de son peuple.
Le miel vient de Yeshoua
Non seulement c'est de Yeshoua que nous avons le miel de la Parole mais en plus Yeshoua EST la Parole incarnée : le miel est Yeshoua Lui-même :
« Ah ! Si mon peuple m'écoutait [dit le Seigneur] (…), je le rassasierai avec le miel du rocher » (Psaume 81, 14-17)

Le miel est assimilé à l'huile de l'Esprit Saint qu’Israël reçoit à sa nouvelle naissance
« Il l'a fait monter sur les hauteurs du pays, et Israël a mangé les fruits des champs; Il lui a fait allaiter (donner à sucer) le miel du rocher, l'huile (huile d’olives pures broyées concassées) qui sort du rocher (le Mashiah est le Rocher de notre Salut) le plus dur » (Deutéronome 32:13)
Quelques relations intéressantes
Finalement on retrouve quelques relations intéressantes :
"L’arbre" est sorti de la terre
La "pomme" (prunelle de D.ieu) est le fruit de l’arbre sorti de la terre
La "femme" est sortie de l’homme
Le "Fils" est sorti du Père
La "femme" (isha) et le "miel" (devash) ont la même valeur numérique

La pomme plongée dans le miel peut signifier aussi que l’homme plonge dans la femme et ne forment plus qu’un de même que notre âme plonge dans la Parole de D.ieu jusqu’à n’en faire plus qu’un : ehad et le Fils en tant que prunelle de D.ieu, plonge dans le Père : le Davar.
« Shana Tova Oumetouka ! »

Amen
Beth Yeshoua
_________________
Blog sur la Shoah : http://souvenez-vous.skynetblogs.be/
Pour l`amour de Sion je ne me tairai point, Pour l`amour de Yeroushalaïm je ne prendrai point de repos, Jusqu`à ce que son salut paraisse, comme l`aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s`allume. 2 Alors les nations verront ton salut, Et tous les rois ta gloire; Esaïe 62 : 1
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:24 (2016)    Sujet du message: Les pommes et le miel prophétique de Rosh Hashana en 3 parties

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum -> Thora, Bible... -> Tout sur les fêtes de l'Eternel et les fêtes juives Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com