Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua
Juifs et non juifs messianiques réunis dans la foi en yeshoua.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Journée internationnal de la Shoah

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum -> Culture juive uniquement -> La Shoah
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
dorcas
administrateur
administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2007
Messages: 6 983

MessagePosté le: Ven 28 Jan - 00:42 (2011)    Sujet du message: Journée internationnal de la Shoah Répondre en citant

Depuis 2005, la date du 27 janvier – anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz – a été retenue par les Nations Unies comme la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'idéologie nazie. On espère que ce rappel régulier conduira l'humanité à plus de sagesse et de justice. Et pourtant, depuis 1945, bien d'autres génocides ont eu lieu… Sans parler de ces cas extrêmes, combien de personnes ont souffert et souffrent encore injustement dans des prisons ou des camps, un peu partout dans le monde. Jugements sans procès équitable, arrestations arbitraires, traitements indignes… Que de fois on fait du “tort à un homme dans sa cause” ! Et personne ne le verrait ?

Si, le Dieu juste le voit – et c'est solennel de penser qu'il voit tout. Il tient les comptes, et un jour il rétribuera chacun selon les actes qu'il aura commis (Apocalypse 20. 12, 13). Bourreaux et victimes, tous seront évalués selon la même norme, celle de la justice du Dieu saint.

Son regard était là aussi quand les hommes ont fait une parodie de procès à son saint Fils et l'ont condamné à une mort terrible. Il a laissé faire parce qu'il aime tous les hommes, et que le sacrifice de Yeshoua Mashiah était indispensable pour leur salut. L'homme est donc coupable d'avoir mis à mort le Fils de Dieu. Pourtant, par cette mort même, celui qui se reconnaît pécheur et croit en Yeshoua reçoit le pardon. Dieu est juste et ne lui impute pas ses fautes parce que son Fils les a déjà expiées. “Tous ceux qui croient sont justifiés gratuitement par sa grâce” (Romains 3. 24).

 

Par la résolution 60/7 intitulée "Mémoire de l’Holocauste" qu’elle a adoptée le 1er novembre 2005, l’Assemblée générale a décidé que les Nations Unies observeraient tous les ans, le 27 janvier, une Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste.

Cette date est particulièrement symbolique, elle marque l’anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz par l'Armée rouge, le 27 janvier 1945.

Ne jamais oublier, c’est aussi échanger, apprendre, s’interroger et acquérir des connaissances historiques. Pour mieux comprendre l’histoire des victimes de la Shoah, un cycle de projections et de rencontres encadre cette journée du souvenir.

Cérémonie en mémoire des victimes de l’Holocauste à l’UNESCO
A la veille du 66e anniversaire de la libération des camps de concentration nazis, l’UNESCO organise, en coopération avec la délégation permanente d’Israël auprès de l’UNESCO et le Mémorial de la Shoah, une cérémonie en mémoire des victimes de l’Holocauste, le 26 janvier à 19h30.

Cette cérémonie est notamment marquée par le témoignage de Shlomo Venezia, écrivain italien, survivant du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau dans lequel il a été envoyé au "Sonderkommando", une unité spéciale composée de prisonniers affectés aux chambres à gaz, et la lecture d’un texte d’Hélène Berr, étudiante à la Sorbonne qui a tenu quotidiennement un journal d’avril 1942 à février 1944 avant d’être arrêtée puis déportée à Auschwitz avec sa famille.

Les témoignages et discours seront ponctués d’intermèdes musicaux avec la Chorale Juive de France sous la direction de Maître Hector Sabo, le Chœur de l’Armée française et la participation du Cantor Rabbin Raphaël Cohen.

Expositions du Mémorial de la Shoah à l’UNESCO
Deux expositions sont présentées à la Maison de l’Unesco, Salles Miró, du 26 janvier au 01 février 2011 :

Lire aussi
le nazi et le barbier, roman satire d'Edgar Hilsenrath
Irène Némirovsky, un talent assassiné
Le Mémorial de la Shoah commémore la journée de la déportation
L’une est dédiée à Hélène Berr. Etudiante à la Sorbonne, qui a tenu un journal quotidiennement d’avril 1942 à février 1944. En mars 1944, elle est arrêtée puis déportée à Auschwitz avec sa famille. L’original du manuscrit de son Journal publié en 2008, ainsi que de nombreuses archives familiales sont présentés.

L’autre exposition, intitulée "La Shoah en Europe", retrace les différentes étapes de la persécution des Juifs, des premières exclusions jusqu’à la mise en place de la "Solution finale" et explique comment, devant la défaite imminente, les nazis se sont évertués à effacer les traces de leur crime.

Autour de la journée du Souvenir, au Mémorial de la Shoah
25 et 27 janvier 2011 : projection "Quand les nazis filmaient le ghetto". Un documentaire édifiant, réalisé à partir de séquences tournées par les services de propagande nazis dans le ghetto de Varsovie. On y découvre des images réelles et difficiles du ghetto. (En sélection pour le meilleur documentaire étranger aux Oscars 2011).
 

6 février 2011, 14 h 30 : témoignage "Les enfants de prisonniers de guerre juifs déportés à Bergen-Belsen en 1944". En mai et juillet 1944, quatre convois composés de femmes et d’enfants, de prisonniers de guerre juifs, protégés par la convention de Genève, considérés comme otages, sont déportés depuis Drancy vers le camp de concentration de Bergen-Belsen. Rescapés de leur déportation, les invités commentent ce statut qui leur a valu un sort particulier et témoignent de leur expérience concentrationnaire.
Présentation du Mémorial de la Shoah
 

Le Mémorial de la Shoah, ouvre ses portes le 27 janvier 2005, à l'occasion du soixantième anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz et de la Journée européenne de la mémoire de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité. Situé à Paris, au 17 rue Geoffroy l’Asnier, dans le quartier historique du Marais, il est aujourd'hui l'institution de référence en Europe pour la Shoah.

Vaste espace destiné à accueillir tous les publics, il offre aux visiteurs des expositions permanentes et temporaires, un fonds d’archives exceptionnel et de multiples activités et actions de sensibilisation sur l’histoire de la Shoah. Comprendre le passé pour éclairer l’avenir, telle est la vocation du Mémorial de la Shoah, à la fois musée, centre de documentation et lieu de mémoire, ouvert à un public large et diversifié.

Le Mur des Noms au Mémorial de la Shoah
Si la crypte a été conservée telle que lors de sa création, un second lieu de recueillement a été érigé le long de l'allée conduisant au bâtiment: le Mur des Noms. Sur ce mur de pierre, ont été gravés les noms des 76 000 hommes, femmes et enfants juifs déportés depuis la France entre 1942 et 1944 dans le cadre de la "solution finale".

Connaître cette histoire, la comprendre et la transmettre, tels sont les trois objectifs fixés. Aujourd’hui alors que les rangs des témoins s’éclaircissent peu à peu, le Mémorial souhaite pouvoir apporter sa contribution non seulement à l’enseignement d’une histoire qui continue de hanter notre quotidien, mais aussi à l’éducation et à la réflexion sur la tolérance, la liberté et la démocratie à partir d’un crime, unique dans l’histoire de l’humanité.

Read more at Suite101: 27 janvier, journée commémorative de la Shoah : souvenons-nous http://www.suite101.fr/content/27-janvier-journee-commemorative-de-la-shoah…

 

27 janvier : Journée de la mémoire de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité
 

http://www.cercleshoah.org/


"La France a retenu la date du 27 janvier, anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz, pour cette journée de la mémoire.
[...] Cette journée de la mémoire devra faire prendre conscience que le mal absolu existe et que le relativisme n’est pas compatible avec les valeurs de la République. En même temps, il faut montrer que l’horreur s’inscrit dans une histoire qu’il convient d’approcher avec méthode, sans dérive ni erreur. Ainsi appartient-il à notre institution de faire réfléchir les élèves à l’Europe du XXème siècle, avec ses guerres et ses tragédies, mais aussi à ses tentatives de synthèse autour des valeurs des droits de l’homme et à sa marche vers l’unité. Il est nécessaire de montrer aux jeunes que ces valeurs ne sont pas de simples mots. Leur respect dans tous les pays du monde est fondamental et nécessite de la part de chacun d’être attentif à ce qui menace ces valeurs et actif pour les défendre."
B.O. n°46 du 11 décembre 2003 : www.education.gouv.fr

Nous avons recueilli pour vous quelques extraits de textes qui nous ont paru particulièrement "éclairants" sur le sujet

"Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l'oubli" (Elie Wiesel)

"(...) Nous célébrons la "Journée de la mémoire de l'holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité". Une mémoire qui repose sur les témoignages des acteurs et sur les travaux des historiens. Une mémoire d'autant plus vive, paradoxalement, que les survivants disparaissent, ayant à cœur, s'ils ne l'ont déjà fait, de transmettre aux générations nouvelles ce que, bien souvent, si longtemps, ils ont eu tant de peine à exprimer : "Il est dur pour la langue de prononcer de tels mots, pour l'esprit d'en comprendre le sens, de les écrire sur le papier" (Abraham Lewin). Une mémoire d'autant plus précise que les historiens - et notamment alsaciens - accèdent à de nouvelles archives, affinent nos connaissances - par exemple sur le camp du Struthof - et s'efforcent d'expliquer ce qui semble parfois échapper à la raison.

Prévention des crimes contre l'humanité en même temps que mémoire de la Shoah, cette journée a également pour but d'intégrer à ce travail de mémoire toutes les victimes des crimes contre l'humanité. Et d'abord, pour en revenir aux victimes de la terreur nazie, outre les communautés juives d'Europe, qui en forment la majeure partie, les populations tziganes ou encore les malades mentaux.

Ce devoir de mémoire, et de prévention est plus actuel que jamais. Aujourd'hui comme hier, aujourd'hui comme demain, aucune forme de racisme et d'antisémitisme quelle qu'elle soit ne saurait être tolérée. Et pourtant des faits récents perpétrés contre la communauté juive de Strasbourg nous rappellent qu'il faut rester vigilants..

Une vigilance qui souligne que l'enjeu de la commémoration de la libération du camp d'Auschwitz, camp de concentration et " centre de mise à mort " (Raul Hilberg), ne concerne pas que les bourreaux et leurs victimes juives. Elle est le lieu de mémoire commun d'une mémoire européenne qui ne cesse de se constituer et l'horizon d'une humanité fondée sur la justice, la paix et la tolérance.

 

Gérald CHAIX, Recteur de l'Académie de Strasbourg

 
_________________
Blog sur la Shoah : http://souvenez-vous.skynetblogs.be/
Pour l`amour de Sion je ne me tairai point, Pour l`amour de Yeroushalaïm je ne prendrai point de repos, Jusqu`à ce que son salut paraisse, comme l`aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s`allume. 2 Alors les nations verront ton salut, Et tous les rois ta gloire; Esaïe 62 : 1
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 28 Jan - 00:42 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum -> Culture juive uniquement -> La Shoah Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com