Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua
Juifs et non juifs messianiques réunis dans la foi en yeshoua.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Anvers : Hommage aux citoyens qui ont sauvé des Juifs durant la guerre

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum -> Culture juive uniquement -> La Shoah
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
dorcas
administrateur
administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2007
Messages: 6 983

MessagePosté le: Mar 14 Déc - 21:45 (2010)    Sujet du message: Anvers : Hommage aux citoyens qui ont sauvé des Juifs durant la guerre Répondre en citant

Hommage aux citoyens qui ont sauvé des Juifs durant la guerre

C'est dans une atmosphère empreinte de beaucoup d'émotion, que c'est déroulé à Anvers à l'initiative du Forum der Joodse organisaties un hommage aux sauveurs belges de la deuxième guerre mondiale. Marcel Zalc y assistait pour l'ADI. Près d'un millier de personnes se sont retrouvées dans le cadre de cette cérémonie placée sous le haut patronage de la Princesse Léa de Belgique. Devant un parterre de personnalités tant étrangères que belges parmi lesquelles on reconnaissait Fred Erdman (SP-a) ou le Bourgmestre d'Anvers Patrick Janssens (SP-a), quelques septante personnes se sont vues remettre une médaille de reconnaissance au nom de la communauté juive du pays pour le courage dont elles ont fait preuve en soustrayant à la barbarie nazie et donc à une mort certaine, des enfants ou des familles. Aucune intervention des autorités n'étaient à attendre,il valait mieux compter sur les petites gens, s'est t-on entendu dire au cours de la cérémonie.  A ce titre, Mme. la Ministre de l'intérieur, Annemie Turtelboom (Open VLD) a rappelé qu'il y a eu des Justes, mais également des collabos dans les administrations.

Sans pousser plus en avant cette déclaration, la Ministre n'a pas cru utile d'aborder le volet de l'importante collaboration de la police d'Anvers dans les rafles de la communauté juive de la ville, rafles qui menèrent la majorité de cette communauté vers les camps de la mort.

De nombreux témoignages de rescapés furent relatés durant l'après-midi et un hommage très appuyé fut donné à Maxime Steinberg ,Yvonne Nevejean et Andrée Guelen. Le film "Les violons de l'espoir" devait terminer cette journée marquée par une organisation sans faille.

Notre rédaction a été contactée par des Justes belges qui ont appris l'existence de cette commémoration à la radio, surpris de ne pas y avoir été conviés. Interrogé à ce sujet,Kouki Frohman, présidente du Forum en fait porter la responsabilité sur l'organisation israélienne Yad Vashem: "C'est qu'ils ne nous ont pas donné de listes complètes". Elle ajoute que de nombreux sauveurs n'ont pas encore été reconnus comme Justes par cette organisation, simplement parce que ceux qu'ils ont sauvé n'ont pas pris l'initiative d'introduire une demande en ce sens auprès des autorités israéliennes. Elle précise que de nombreux rescapés ont saisi l'opportunité qui leur était donnée hier à Anvers pour introduire enfin de telles demandes.

Pour sa part, Pinchas Kornfeld, l'incontournable cumulard de sièges à responsabilités au sein des associations juives flamandes, vice-président du Forum et administrateur influent de la Fondation du Judaïsme de Belgique, n'a pas du tout apprécié que l'ADI ne se contente pas de rediffuser sans commentaire ou analyse l'annonce officielle de la cérémonie. Tant nos questions relatives au financement de la réunion que celles qui rappellent que tous les belges n'ont pas été sauveurs, que tous les sauveurs n'ont pas été Justes et que l'Etat refuse toujours de reconnaître sa responsabilité historique ont provoqué son ire.  Il y réagit avec la subtilité verbale qui peut parfois le caractériser: ""Bus gratuits, entrées gratuites et repas kashers gratuits; c'est le Forum qui régale, aux frais de la Fondation du Judaïsme de Belgique"........ En effet le Forum (ou plutot la communauté juive) régale ses sauveurs aux frais de la Fondation. Des gens qui ont risqué leur vie pour sauver des gens qu'ils ne connaissaient ni d'Adam ni d'Eve. Des dizaines d'entre eux ont en effet été arrêtés, torturés, déportés et même fusillés pour leurs actes d'héroïsmes. Tandis que Diaspora et tout ce clan d'égoistes oeuvrent pour que l'argent de la Fondation aille dans leur poche privée (dont effectivement quelques pauvres, mais la majorité des gens aisés et même riches), nous sommes FIERS que le Forum rende hommages aux Sauveurs et à leurs héritiers. HONTE A DIASPORA et à ses dirigeants."

La honte évoquée par ce dignitaire religieux est un sentiment récemment étudié par un rescapé de la Shoah: le psychiatre Boris Cyrulnik. Interrogé par Le Nouvel Observateur, Cyrulnik explique: " De manière étonnante, les victimes vont rarement au commissariat. Parce que, pour aller au commissariat, il faut se sentir fort. Et quand une victime a été délabrée par une agression, elle se sent faible. Si je suis une femme agressée sexuellement et que je raconte au travail ou en famille comment ça s'est passé, je plante dans votre âme une représentation de moi souillée, amoindrie, humiliée. Ainsi, au moment où je me défends en partageant mon émotion ou même en appelant au secours, je sais que je vous impose une représentation de moi dégradée. Donc j'ai du mal à en parler. Alors comment s'en débarrasser ? Je dis « sortir de la honte », parce qu'on est rentré dans un terrier et qu'on s'est considéré comme un gibier. Et je ne peux sortir de mon terrier que si j'ai le recul qui me permet de me sentir plus fort, et si le regard familial et social accepte d'entendre ce que j'ai à partager, à dire.

C'est ce qui se passe dans tous les génocides. Je travaille avec des Rwandais qui réagissent exactement de la même manière qu'hier les juifs ou les Arméniens. C'est-à-dire que je crois protéger mes enfants en ne parlant pas, parce que je ne veux pas planter l'horreur de ce qui est arrivé dans leur âme. Et en me taisant, je trouble la relation parce que les enfants disent : « Mais qu'est-ce que c'est ce père qui ne dit pas un mot sur son passé ? Qu'est-ce que c'est ce silence qui veut dire quelque chose ? » L'enfant pense que si son père avait parlé tout aurait été réglé. Je ne le crois pas. Son père n'aurait pu parler que si d'abord la culture environnante avait été disposée à l'entendre.

N. O. - Dans votre livre, vous écrivez aussi que la situation des enfants juifs cachés pendant la guerre peut nous faire comprendre le sentiment de honte ou de fierté...B. Cyrulnik. - Pendant la guerre, en moins de trois ans, la persécution des juifs d'Europe a tué 70% des adultes et 90% des enfants. Sauf en France, où un adulte sur trois et un enfant sur quatre (11 400 d'après le travail remarquable de Serge Klarsfeld) ont été brûlés à Auschwitz. En Hollande, où il y avait peu d'antisémitisme, tous les juifs y compris les enfants ont disparu. Parce que les Hollandais étaient bien organisés et parce qu'ils ont appliqué les ordres des Allemands. Ils ont réquisitionné et, sans haine, ont fait un «travail». Au moment du procès Papon, on parlait de « crime de bureau ». Alors qu'en France, où il existait une culture antisémite, paradoxalement, c'est le port imposé de l'étoile jaune qui a métamorphosé le comportement des Français. Le gentil prof de maths, on le voit tout d'un coup apparaître avec l'étoile et on sait qu'il va être condamné à mort, qu'il va disparaître. Donc tout le monde le sait et, chez les chrétiens, il y a eu une stupeur qui a provoqué une solidarité française protégeant de nombreux juifs, plus en tout cas qu'ailleurs. C'est pour ça qu'en France il y a eu entre 40 000 et 60 000 enfants cachés. Or ces enfants étaient cachés par des chrétiens, et eux-mêmes se cachaient d'être juifs. C'est ce qui m'est arrivé. Je voulais porter mon vrai nom, mais je ne le pouvais pas. Les gens qui risquaient leur vie en me cachant, en me protégeant, avec qui j'ai tissé un lien d'attachement, me disaient :« Si tu dis ton nom, tu mourras et ceux qui t'aiment mourront à cause de toi. Ils avaient raison. Quand on me disait ça, je pensais : si je veux vivre, il faut que je m'appelle Yohanan Laborde et que je cache mes origines. Je ne sais pas ce que c'est d'être juif, mais je sais que ça condamne à mort. Je ne sais même pas que c'est une religion, mais je sais que ça condamne. Donc il suffit que je me taise pour que je sois autorisé à vivre. J'avais 6 ans et demi quand j'ai été arrêté et j'ai dû me cacher jusqu'à la Libération. Donc il y avait un facteur le silence - qui était une amputation de la représentation de moi, qui était aussi une trahison vis-à-vis du nom de mes parents. J'avais compris que je ne pouvais pas porter leur nom. J'étais un traître, mais si je voulais vivre il fallait que je trahisse. Après la guerre, les enfants cachés ont enfoui la honte au fond d'eux-mêmes. Ils ont dû cacher qu'ils avaient été cachés afin de vivre dans le déni. C'est donc en cachette qu'ils ont aimé leurs parents disparus.

A la Libération, comme tous les enfants, j'ai voulu raconter mon histoire. Les gens éclataient de rire ou ne me croyaient pas. Tout le monde m'a fait taire. Parce que c'était impensable, parce que la culture du moment ne l'avait pas élaboré, parce que de Gaulle avait fait sans doute une politique nécessaire de déni pour construire la réconciliation nationale.

N. O. - Alors comment vous en êtes-vous sorti ?B. Cyrulnik. - Je ne suis pas sûr de m'en être sorti. (...)."

    Paru le 13/12/2010 Auteur : Eric Picard avec l\'aide de Marcel Zalc   

_________________
Blog sur la Shoah : http://souvenez-vous.skynetblogs.be/
Pour l`amour de Sion je ne me tairai point, Pour l`amour de Yeroushalaïm je ne prendrai point de repos, Jusqu`à ce que son salut paraisse, comme l`aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s`allume. 2 Alors les nations verront ton salut, Et tous les rois ta gloire; Esaïe 62 : 1
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 14 Déc - 21:45 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum -> Culture juive uniquement -> La Shoah Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com