Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua
Juifs et non juifs messianiques réunis dans la foi en yeshoua.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Naqba- La Somme et le Reste

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum -> Actualité -> Conflit avec Israël
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
dorcas
administrateur
administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2007
Messages: 6 983

MessagePosté le: Sam 31 Juil - 20:45 (2010)    Sujet du message: Naqba- La Somme et le Reste Répondre en citant

Naqba- La Somme et le Reste

Par Michel Gurfinkiel, rédacteur en chef de "Valeurs actuelles"

12 juin 2010

Quand l’Onu remettait en question les statistiques des « réfugiés palestiniens »….

Proclamé le 14 mai 1948 en fin d’après-midi, l’Etat d’Israël a accédé à l’indépendance et à la souveraineté le 15 mai à zéro heure. Mais par la suite, ce pays a préféré célébrer l’événement à sa date juive, le 5 du mois d’iyyar. Laissée pour ainsi dire vacante, la date grégorienne a été récupérée et détournée par les Etats et organisations arabes ou islamiques, qui en ont fait un jour de deuil : Yôm al-Naqba, l’anniversaire de la Naqba ou Catastrophe, c’est à dire de l’exil ou de l’expulsion des Arabes palestiniens.

Dans son discours du Caire, en 2009, le président américain Barack Obama a esquissé une équivalence historique entre la Shoah et la Naqba. Il n’est pas inutile de ramener l’événement à ses véritables proportions.

770 000 à 800 000 Arabes vivaient, au 1er janvier 1947, dans le territoire dont Israël devait prendre le contrôle pendant la guerre de 1947-1948. 170 000 d’entre eux vivaient toujours sur le même territoire en 1949. Le reste - 600 000 à 630 000 âmes selon les estimations - avait donc abandonné ses foyers dans l’intervalle.

Ces départs ont commencé dès l’été 1947, quelque neuf mois avant l’indépendance d’Israël. Ils ont d’abord touché les élites arabes, plus de 100 000 âmes, qui ont préféré se mettre à l’abri dans les pays arabes voisins – Liban, Syrie, Egypte – où elles avaient des liens familiaux ou même des propriétés. Puis des populations plus humbles, que les chefs militaires arabes appelaient à se replier pendant la durée des opérations : 300 000 âmes supplémentaires, parmi lesquelles de nombreux Syriens ou Libanais immigrés en Palestine dans les années 1920, 1930 et 1940. On compte enfin 150 000 expulsés au sens propre, contraints au départ par les Israéliens en vertu de considérations stratégiques.

Pour tragiques que ces événements aient été, ils n’ont rien eu d’exceptionnel. On a compté plus de 20 millions de personnes déplacées et de réfugiés en Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (dont près de 10 millions d’Allemands), 20 millions de réfugiés dans l’ancien Empire des Indes après la partition de 1947. Au Moyen-Orient, 900 000 Juifs ont été expulsés des pays arabes et islamiques à partir de 1945, sans espoir de retour, et les deux tiers d’entre eux se sont réfugiés en Israël. Dix millions de chrétiens ont également été exilés ou expulsés de ces mêmes pays tout au long du XXe siècle. Le cas le plus récent est celui des Palestiniens chrétiens de Cisjordanie : voici une vingtaine d’années, ils formaient 15 % de la population locale ; depuis la mise en place d’un pouvoir palestinien autonome, en 1994, ils ne sont plus que 2 à 3 %.

Sur le plan humanitaire, les réfugiés arabes palestiniens de 1948 ont bénéficié d’une aide internationale plus importante que tous les autres réfugiés du XXe siècle et du début du XXIe siècle, y compris les Juifs et les Chrétiens du Moyen-Orient. Une agence spéciale des Nations Unies, l’UNRWA, a été créée à leur intention, alors que les autres ont été soit ignorés, soit pris en charge par une agence unique, l’UNHCR. Ils ont pu transmettre la qualité de réfugiés à leurs enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants, avantage dénié aux autres groupes de réfugiés. Enfin, ils ont bénéficié d’une aide matérielle, médicale et éducative supérieure, par tête, à tous les autres réfugiés.

Cette aide représentait en 1950 l’équivalent de 10 % du PNB libanais à la même époque, un sixième du PNB syrien, 100 % du PNB transjordanien.

En 2008, l’UNRWA apportait son assistance à 4,6 millions de "réfugiés" ou de personnes réputées telles, nés en grande majorité après les évènements de 1948. A cette fin, elle disposait de 24 000 professionnels à plein temps, d’origine palestinienne à 99 %. Son budget, établi sur une base biannuelle, était de 1,09 milliard de dollars. Soit approximativement 500 millions de dollars par an.

La même année, l’UNHCR disposait, pour les autres "réfugiés, personnes déplacées et apatrides" du monde – soit 32,9 millions de personnes, réparties sur cent seize pays et cinq continents - de 6260 professionnels seulement, recrutés dans de nombreux pays. Son budget annuel était de 1,09 milliard de dollars en 2008 et 1,1 milliard en 2009.

En d’autres termes, le tiers de l’ensemble des budgets de l’Onu destinés aux réfugiés et 79,3 % des personnels chargés de porter assistance à des réfugiés et autres personnes déplacées étaient attribués en 2008 à 13,9 % seulement des populations concernées, les Palestiniens.

Il faut évoquer un dernier point. Selon les premières enquêtes de l’Onu, fin 1948 et début 1949, 130 000 des réfugiés arabes de Palestine subvenaient eux-mêmes à leurs besoins : il s’agissait en gros, des réfugiés d’origine bourgeoise, que nous avons mentionnés plus haut. Les réfugiés en situation de détresse n’étaient donc alors que 500 000, au maximum. Mais on a bientôt fait état de plus d’un million de réfugiés assistés. Qui étaient donc, dans ces conditions, les bénéficiaires "supplémentaires" ? Trois cas seulement peuvent être envisagés : des enfants nés après le déplacement ; des morts maintenus sur les listes ; ou des non-réfugiés, palestiniens ou non-palestiniens, se faisant passer pour des réfugiés.

La première hypothèse va à l’encontre de la physiologie humaine : une population de 600 000 âmes ne saurait mettre au monde 500 000 à 600 000 enfants en deux ans. Reste les deux autres hypothèses : les morts non déclarées et les inscriptions frauduleuses.

Les responsables de l’UNRWA notent dans leur rapport intérimaire du 19 octobre 1949 "que les naissances sont toujours enregistrées dans la mesure où elles entraînent l’attribution d’une ration alimentaire, mais que les décès sont souvent ou même systématiquement oubliés, de manière à ce que la famille puisse continuer à obtenir la ration dont jouissait le défunt… "

Quant à la fraude, elle irait de soi, selon les mêmes responsables : "En théorie, un réfugié n’a pas le droit de quitter le camp où il s’est inscrit pour un autre… En réalité, il le fait souvent… Si l’on tient compte en outre de l’habitude, solidement ancrée dans cette région du monde, de se soustraire à tout recensement, on comprend qu’il est très difficile, voire pratiquement impossible, de dresser des statistiques fiables en ce qui concerne les réfugiés". Une étude publiée sous les auspices de l’UNRWA en 1962, The Problem of the Rectification of the UNRWA Relief Rolls (Le problème de la rectification des listes des bénéficiaires des secours de l’UNRWA), avancera le chiffre minimum de 317 000 "non-réfugiés" initiaux reconnus pour tels.

L’UNRWA décida finalement de procéder à un recensement des réfugiés et "autres demandeurs". L’opération commença en mai 1950. Elle tourna rapidement au fiasco : la plupart des quatre cents enquêteurs se laissaient corrompre, ou faisaient l’objet de menaces; il fallait les remplacer, ou leur procurer des gardes du corps. Au printemps 1951, l’UNRWA licencia l’ensemble de l’équipe, et lui substitua un nouveau personnel, mieux préparé à sa tâche. En outre, elle suspendit les nouvelles inscriptions jusqu’à la fin du recensement : une mesure qui, pensait-on, allait inciter les demandeurs à plus de discipline. En fait, des émeutes éclatèrent. Cette fois, l’agence internationale joua le tout pour le tout, en suspendant la distribution des secours. Nouvelles émeutes, plus violentes encore que les précédentes. La presse arabe accusa l’UNRWA de vouloir assassiner les réfugiés, en commençant par "les enfants privés de lait".

L’UNRWA cèda sous ces pressions. En juin 1951, elle renonça au recensement et reprit ses distributions. En contrepartie, les gouvernements arabes acceptèrent de "plafonner les populations de réfugiés et autres victimes de 1948" à près d’un million de personnes, étant entendu que les enfants à venir seraient agrégés à ce premier total. Cela pouvait passer pour un compromis. Mais en fait, c’était le début de la pérennisation, par l’hérédité, de la question des réfugiés arabes de Palestine. Une bombe à retardement qui n’a pas fini d’éclater, une soixantaine d’années plus tard.

source : www.nuitdorient.com
_________________
Blog sur la Shoah : http://souvenez-vous.skynetblogs.be/
Pour l`amour de Sion je ne me tairai point, Pour l`amour de Yeroushalaïm je ne prendrai point de repos, Jusqu`à ce que son salut paraisse, comme l`aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s`allume. 2 Alors les nations verront ton salut, Et tous les rois ta gloire; Esaïe 62 : 1
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 31 Juil - 20:45 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum -> Actualité -> Conflit avec Israël Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com