Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua
Juifs et non juifs messianiques réunis dans la foi en yeshoua.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le camp de déportation de Westerbork va retrouver ses baraquements.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum -> Culture juive uniquement -> La Shoah
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
dorcas
administrateur
administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2007
Messages: 6 983

MessagePosté le: Jeu 22 Avr - 21:47 (2010)    Sujet du message: Le camp de déportation de Westerbork va retrouver ses baraquements. Répondre en citant

WESTERBORK (AFP)---Cent sept mille des 140.000 juifs vivant aux Pays-Bas y ont transité avant leur déportation vers les camps de concentration : le camp de Westerbork, entièrement démantelé dans les années 70, va retrouver certains de ses anciens baraquements.

"Beaucoup de jeunes visiteurs, en arrivant ici, sont déçus car il n'y a presque plus rien à voir", explique à l'AFP Albert Gilbert, coordinateur de projet au "Centre du souvenir" de Westerbork, dans le nord des Pays-Bas.

Une clairière de 25 hectares parsemée d'arbres et de pans de murs, une maison délabrée, celle du commandant, et 90 mètres de voie ferrée aux extrémités recourbées vers le ciel sont quasiment les seuls vestiges du camp de transit.

Durant la Seconde guerre mondiale, entre juillet 1942 et septembre 1944, 93 trains sont partis de Westerbork pour Auschwitz, Sobibor, Bergen-Belsen et Theresienstadt. Ils transportaient 107.000 juifs. Seuls 5.000 d'entre eux ont survécu.

Au centre du camp, 102.000 pierres rouges, une étoile de David en métal sur chacune d'elle, rendent hommage à ceux qui ne sont pas revenus, comme Anne Frank, morte à 15 ans à Bergen-Belsen.

"Grâce aux baraquements, ceux de l'époque, pas des reconstitutions, nous voulons retrouver l'esprit du camp", souligne M. Gilbert. Le camp de Westerbork accueille 400.000 visiteurs par an.

Construit en 1939 par les Pays-Bas pour accueillir les juifs fuyant l'Allemagne, Westerbork a été agrandi et transformé en 1942 en camp de déportation par les nazis après l'invasion des Pays-Bas par l'Allemagne. Jusqu'à 18.000 personnes y étaient détenues en même temps.

Le camp comptait une centaine de baraquements en bois, dont une soixantaine
de dortoirs. Longs de 80 mètres et larges d'une dizaine de mètres, ils
pouvaient contenir chacun environ 800 personnes, entassées sur trois niveaux.

Le camp a été libéré en avril 1945 par les troupes canadiennes. Utilisés ensuite pour y loger des réfugiés, les baraquements, démontés dans les années 70, ont été réutilisés dans des fermes pour l'élevage de cochons ou de poulets.

Huit baraquements au moins, "très abîmés" ou "en partie détruits", selon M. Gilbert, devraient retrouver leur emplacement d'origine d'ici 2013. Leur retour, financé principalement par l'Etat, devrait coûter 10 à 20 millions d'euros.

"Nous ne voulons pas d'une fête foraine, d'une attraction ou d'un musée en plein air", affirme M. Gilbert, rejetant catégoriquement l'idée d'une restauration complète des bâtiments : "ce qui a été détruit appartient à l'Histoire".

Les conditions de vie à Westerbork étaient "supportables", raconte-t-il. Il ne fallait pas inquiéter les prisonniers avant leur déportation : "la version officielle, c'était qu'ils allaient travailler à l'étranger".

Jules Schelvis, 89 ans, est arrivé à Westerbork en mai 1943, il avait 22 ans. "On se doutait qu'on ne resterait pas longtemps", raconte-t-il.

"Beaucoup de gens essayaient d'entrer à l'hôpital pour ne pas être tout de suite déportés", continue-t-il : "on faisait semblant d'avoir mal au ventre ou à la tête".

"Les noms ont été lus dans le grand baraquement et on a dû alors partir dans un délai très court", poursuit le vieil homme. C'était le matin du sixième jour après son arrivée.

Sur le quai d'embarquement, surnommé le "Boulevard des misères", il est monté dans un train avec sa femme Rachel. Leur voyage vers le camp d'extermination de Sobibor a duré 72 heures. Son épouse est morte dans une chambre à gaz dès son arrivée.
_________________
Blog sur la Shoah : http://souvenez-vous.skynetblogs.be/
Pour l`amour de Sion je ne me tairai point, Pour l`amour de Yeroushalaïm je ne prendrai point de repos, Jusqu`à ce que son salut paraisse, comme l`aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s`allume. 2 Alors les nations verront ton salut, Et tous les rois ta gloire; Esaïe 62 : 1
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 22 Avr - 21:47 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum -> Culture juive uniquement -> La Shoah Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com