Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua
Juifs et non juifs messianiques réunis dans la foi en yeshoua.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'appât

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum -> Le coin des membres -> exhortations
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
dorcas
administrateur
administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2007
Messages: 6 983

MessagePosté le: Jeu 9 Juil - 23:41 (2009)    Sujet du message: L'appât Répondre en citant

L’APPÂT – 1/3  


 
  


 
Craig Kinsley 

 

Traduction Dominique François  


Dernièrement, je me suis réveillé après un rêve dont je savais qu’il avait une signification importante pour moi-même, mais aussi dans un sens plus large, pour le Corps de Mashiah. Je pense qu’en ce moment Dieu me donne, ainsi qu’à mon équipe, une toute nouvelle vision de la vie et du ministère de réforme auquel je suis appelé. Il met ma vie et ma pensée au défi sans me donner une réponse définitive à la question qu’Il me pose. Sans entrer dans chaque détail de ce rêve qui est un peu à l’image de ce sentiment, je vais partager avec vous les points clés et le message central qu’il contient.


Dans ce rêve donc, de nombreuses personnes que je connaissais, ma femme et moi étions morts. Nous étions dans ce qui ressemblait à une grande maison en rondins au bord d’une large rivière. L’une après l’autre, chaque personne passait un entretien avec un groupe d’êtres célestes qui avaient pris la forme de quatre femmes. Après cet entretien, les gens étaient embarqués sur un bateau qui emmenaient des petits groupes au ciel. Pendant longtemps je suis resté sur le ponton pour regarder un groupe après l’autre désembarquer au bout de la rivière. Bientôt je vis que j’étais la dernière personne sur le ponton et je commençai à me demander s’il y avait un problème. Dès que cette pensée me vint, les êtres célestes se tinrent à mes côtés et me dirent que c’était à mon tour de passer l’entretien mais qu’il n’était pas l’heure que je m’en aille.


Alors que je marchai dans la pièce où j’allais parler avec eux, je fus saisi d’un sentiment intense qui me fit comprendre que ce qui était sur le point d’arriver avait une signification importante et éternelle. L’être céleste ne me posa qu’une seule question : «Dis-moi au juste de quelle sorte d’appât te sers-tu pour pêcher?». Dès que la question me fut posée, je me réveillai.


En réfléchissant à ce rêve, j’ai rapidement compris son sens. Dieu me transmettait un message dont les conséquences portaient sur le salut éternel des gens. Ce n’était pas quelque chose à prendre à la légère. La question était simple, la réponse plus compliquée. Nous sommes appelés à être pêcheurs d’hommes (Matt. 4. 19; Mc 1.17). La question qui se pose est, qu’employons-nous exactement pour attirer l’attention des gens sur notre message?


Je crois que l’idée de l’évangélisation que nous avons est un des domaines majeurs de nos vies, de nos églises et des nos ministères que Dieu nous appelle à réformer. Si nous avons des oreilles pour entendre, je crois que Dieu nous appelle à nous questionner sur la façon dont nous pensons atteindre ceux qui sont en dehors de Son Royaume et les procédés que nous mettons en place pour y parvenir.


HAÏR LE PÉCHÉ, NON LE PÉCHEUR




Le vieil adage, «haïssez le péché, non le pécheur» est vrai mais il a perdu de sa valeur et n’est pas compris ni mis en pratique par une majorité de chrétiens. Nous avons perdu notre compassion et notre amour pour les perdus et les avons remplacés par un dédain et un dégoût pour les gens du monde. Nous appelons cela «tenir ferme pour ce qui est juste». Je crois qu’une des clefs de l’efficacité de Jésus pour changer le cœur des hommes de ce monde était Sa capacité à ne pas regarder les gens tels qu’ils étaient, mais à les voir tels qu’ils pouvaient être. Ils les appelaient à se détacher du péché pas simplement en condamnant celui-ci mais en leur offrant une espérance dans quelque chose de beaucoup plus grand.


Le message principal de Jésus était, «Repentez-vous car le Royaume des cieux est proche.» Cette phrase est à juste titre inséparable de l’évangélisation, mais comment pouvons-nous vraiment utiliser le message de Mashiah sans une véritable compréhension de Son cœur au-delà de ce message?


Le mot repentir est devenu synonyme de larmes, de culpabilité et quelquefois de douleur. En fait, la véritable repentance n’a rien à voir avec la douleur, la culpabilité ou la tristesse. Le message de la repentance est fondé sur l’espoir du Royaume des cieux maintenant disponible. Jésus n’a jamais condamné les gens, Il leur a plutôt offert quelque chose de meilleur. Le Royaume de Dieu est proche. C’est le thème central du message de Jésus et c’est ce message qui nous pousse à la repentance.




Dans notre poursuite de la condamnation du péché, nous avons en fait condamné les gens aux prises avec le péché. Nous mettons l’accent de notre message sur la noirceur du péché plutôt que sur la magnificence de Mashiah. Avant de connaître Jésus, je vivais à fond dans le système du monde et dans la culture de la drogue. Je savais que j’avais tort. Entre mon expérience passée avec la religion et ma connaissance humaine innée de la moralité, je savais que la vie que je vivais n’était pas adaptée. Mais j’avais essayé la religion, j’avais essayé de bien faire et je n’avais pas changé. La chose qui me changea en définitive c’est la réalité que quelque chose de meilleur existait. Que Dieu avait ordonné un destin pour ma vie, un destin à la portée éternelle. Et la connaissance du Royaume des Cieux était une réalité que je pouvais atteindre… C’est ce qui me changea.


Le monde cherche l’espoir. Les gens comprennent que l’état actuel des choses est désespéré. Ils veulent le changement. Entre les guerres, la famine, les maladies et les problèmes économiques, il n’y a plus grand chose en quoi croire. Nous avons la réponse. La grâce et l’amour de Jésus-Mashiah est le plus grand message d’espoir de toute l’éternité. Notre message devrait être un message d’espoir… la conviction de péché devrait être laissée au Saint-Esprit.


Craig Kinsley
Awake International


==================================
LA LISTE D'ÉLIE Il n'y a pas de copyright sur les traductions en français de LA LISTE D'ÉLIE, néanmoins, si vous désirez les utiliser pour les reproduire ou les distribuer, nous vous demandons de ne rien modifier au texte, et de préciser : 1) l'adresse pour s'abonner gratuitement :francais@elijahlist.com   2) L'adresse du site web : www.elijahlist.com Merci.
================================
Est-ce que cette parole vous a béni ? Alors, faites une faveur à quelques personnes, faites suivre cette lettre à deux ou trois amis ou connaissances. Ils peuvent souscrire à La Liste d'Élie gratuitement en envoyant un email ou courrier électronique à: francais@elijahlist.com   Et, bien sûr, vous pouvez publier cette lettre sur votre propre(s) site(s) Internet. Veuillez simplement conserver intactes les informations permettant de nous contacter.
_________________
Blog sur la Shoah : http://souvenez-vous.skynetblogs.be/
Pour l`amour de Sion je ne me tairai point, Pour l`amour de Yeroushalaïm je ne prendrai point de repos, Jusqu`à ce que son salut paraisse, comme l`aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s`allume. 2 Alors les nations verront ton salut, Et tous les rois ta gloire; Esaïe 62 : 1


Dernière édition par dorcas le Jeu 9 Juil - 23:51 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 9 Juil - 23:41 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
dorcas
administrateur
administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2007
Messages: 6 983

MessagePosté le: Jeu 9 Juil - 23:47 (2009)    Sujet du message: L'appât Répondre en citant

suite :QUELLE EST NOTRE FONDATION?


Il y a quelques semaines, j’ai participé à un sommet avec des responsables chrétiens engagés dans tous les domaines – divertissement, gouvernement, éducation et de nombreuses dénominations. Nous nous sommes rassemblés pour discuter de la crise à laquelle la chrétienté est confrontée de nos jours et essayer d’élaborer une stratégie pour répandre le message de Mashiah dans notre société.


Une des vérités que j’ai comprise alors que je participai à plusieurs jours de délibération, c’est que nous les chrétiens sommes plus connus pour les choses contre lesquelles nous nous opposons, que pour les choses que nous approuvons. Il y a beaucoup de discussions au sein de l’Église pour tenir ferme contre l’immoralité, mais rien n’est dit sur le fait de tenir ferme pour quelque chose.


Le monde sait que nous sommes contre l’homosexualité et un nombre considérable de gens savent que la majorité des chrétiens croient que le mariage implique l’union d’un homme et d’une femme. C’est maintenant le moment de prendre position contre l’homosexualité mais aussi de dire au monde pourquoi. Simplement parce que la Bible le dit, ou y aurait-il une meilleure façon de l’exprimer?


Je crois que si nous commencions à prendre position pour ce que Jésus approuvait, de plus en plus de gens seraient attirés par notre cause.


Le message d’amour et de grâce de Jésus est suffisant. Ce message est ce qui pousse ceux qui sont dans le péché à y renoncer et à adopter une nouvelle vie en Mashiah. La plupart de ceux qui ne sont pas rachetés ne savent pas que le centre de notre message est l’amour et la grâce. Pourquoi? Peut-être justement parce que ce n’est pas le centre de notre message.


PEUT-IL Y AVOIR TROP DE GRÂCE?


Certains me diront, «N’as-tu pas peur qu’un simple message d’amour et de grâce puisse pousser les gens à être plus ouverts au péché?» C’est une crainte qui est partagée par certains. Je les comprends. Je ne suis pas en faveur du péché, bien au contraire. Je crois cependant que plus nous recevons d’amour, moins nous sommes enclins au péché.


Quel élément changea la femme adultère en Jn 8? C’est une des plus grandes histoires d’amour et de grâce contenue dans les évangiles. Les pharisiens amenèrent une femme à Jésus. Elle venait d’être surprise en adultère. Sans aucun doute elle avait commis ce péché. La loi de l’époque condamnait une telle femme à être lapidée. C’était, aux yeux de tous ceux qui étaient présents, ce qui aurait dû arriver. Jésus s’accroupit et commença à écrire quelque chose sur le sol. Puis Il posa une question à tous les accusateurs assemblés : «Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle.» (Jn 8. 7).
Soudain, tous furent convaincus de péché et se retirèrent. Jésus resta seul avec elle et lui posa une question : «Femme, où sont ceux qui t’accusaient? Personne ne t’a-t-il condamnée? La femme répondit : «Non, Seigneur.» Et Jésus lui dit : Je ne te condamne pas non plus : va, et ne pèche plus.» Il n’y a pas eu besoin d’une commission ou d’une discussion sur ce qui aurait dû être fait. Elle n’a pas entamé un processus de guérison. Une seule chose fut nécessaire : l’amour et la grâce à l’état pur. Jésus ne l’a pas renvoyée vers son péché, au contraire, l’amour qu’Il lui témoigna la changea complètement. Lui démontra-t-Il trop de grâce? Lui permit-Il de s’en tirer à bon compte avec son péché? Aurait-Il dû faire autre chose? En réalité, l’amour de Dieu dépasse tellement l’entendement humain que nous ressentons le besoin d’ajouter quelque chose de plus au processus. L’amour divin change les gens. Pas la condamnation. Ce jour-là, cette femme trouva l’espoir. Dans sa quête de plénitude et de plaisir elle était tombée dans le péché. À l’instant même où le système religieux s’apprêtait à la condamner, Jésus vit une occasion de lui démontrer l’amour du Père. Voilà ce qu’est l’évangélisation.


Après que Jésus ait parlé à cette femme, Il s’adressa aux responsables religieux et leur dit : «Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie


En règle générale, notre mentalité est de dire : «Si vous ne marchez pas dans les ténèbres, vous pouvez suivre Jésus». La vérité c’est que la rencontre avec l’amour de Jésus nous pousse à ne plus marcher dans les ténèbres. Suivez-Le et vous ne marcherez pas dans les ténèbres. Montrez de l’amour aux gens et les ténèbres n’auront plus de puissance.


Craig Kinsley
Awake International
_________________
Blog sur la Shoah : http://souvenez-vous.skynetblogs.be/
Pour l`amour de Sion je ne me tairai point, Pour l`amour de Yeroushalaïm je ne prendrai point de repos, Jusqu`à ce que son salut paraisse, comme l`aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s`allume. 2 Alors les nations verront ton salut, Et tous les rois ta gloire; Esaïe 62 : 1
Revenir en haut
dorcas
administrateur
administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2007
Messages: 6 983

MessagePosté le: Mer 15 Juil - 22:33 (2009)    Sujet du message: L'appât Répondre en citant

L’APPÂT – 3/3 
 
 
 
 
 
Craig Kinsley
 
 
 
Traduction Dominique François 
 
 

JÉSUS AVAIT-IL UN MINISTÈRE ENVERS LES PÉCHEURS OU ÉTAIT-IL L’AMI DES PÉCHEURS?
 

Une partie de la réforme qui va atteindre l’Église a déjà commencé. Je crois que nous avons besoin du message qui nous appelle à sortir de nos églises (bâtiments) pour atteindre ceux du dehors. Nous ne sommes pas appelés à rassembler des gens dans nos églises (bâtiments), mais à aller au dehors pour être une lumière dans le monde. J’adhère à ce message qui atteint de plus en plus l’Église, mais je vous mets au défi de faire un pas supplémentaire.
 

Au cours des dernières années, la vie de Jésus envers les perdus m’a remis en question quand je considère le nom qui lui fut donné : «L’ami des pécheurs». Alors que je réfléchissais sur cette image de Jésus, Il me demanda : «Avais-je un ministère envers les pécheurs ou étais-je l’ami des pécheurs?» Ceci me poussa à réfléchir. Il m’est souvent arrivé d’exercer mon ministère envers ceux qui sont aux prises avec le péché, mais puis-je dire honnêtement que les pécheurs sont mes amis?
 

Dans notre légitime quête de sainteté, il semble que nous avons oublié d’être un ami des pécheurs, et que nous voyons plutôt le temps que nous passons avec eux comme une opportunité d’avoir un ministère. Nous avons peur de nous associer avec ces gens parce que nous ne voulons pas qu’il soit dit que nous acceptons leur façon de vivre. La vie d’amour de Jésus était évidente en tous temps. Qu’Il parle directement du Royaume où qu’Il démontre le Royaume par l’Esprit qui reposait sur Sa vie, il était à la fois un ami et un ministre. Je crois que nous passons à côté d’un grand pan de l’appel évangélique, qui est un appel à l’amitié.
 

Regardez aux travers des yeux de l’amitié

 

En réfléchissant pour mieux comprendre comment Jésus avait pu tant nous aimer alors que nous étions si souillés, il me semble que j’ai saisi une clef de Son cœur au travers de l’appel adressé à Pierre. Ce Pierre est un homme que je peux tellement comprendre. Il était loin d’être parfait, mais au travers de l’amour et de la grâce de Dieu, il fut capable de changer le monde. Un jour, alors qu’il pêchait, Jésus passa près de lui et lui dit simplement : «Suis-moi». Ce n’était pas la première fois que Pierre rencontrait Jésus. Son frère André, l’avait présenté auparavant à Jésus en Jn 1. 42 – pourtant cette fois-ci, Jésus ne l’a pas appelé simplement pour qu’il soit près de Lui, mais pour qu’il fasse partie de Sa vie de façon intime.
 

Qu’est-ce qui a pu poussé Pierre à laisser tomber sa vie pour suivre cet Homme? Je pense que la clef réside dans la façon dont Jésus regarda Pierre. Pierre était un pêcheur, non un pilier de la société. Il n’était certainement pas l’homme le plus saint du monde, mais Jésus a pu regarder au-delà de cela. Le Seigneur ne regarda pas Pierre selon les circonstances du moment, mais il vit l’homme qu’il était appelé à être. C’est difficile de voir le potentiel éternel qu’une personne porte quand nous sommes conscients de ses fautes. Il semble même que nous mettions une étiquette sur les gens en fonction de leur péché, plutôt que de voir le dessein de Dieu pour eux. Quand nous voyons le péché d’une personne, nous l’associons directement avec ce péché. Par exemple, nous appelons les gens qui prennent de la drogue, des drogués. Nous appelons ceux qui sont aux prises avec l’homosexualité, des homosexuels. Nous allons jusqu’à appeler ceux qui sont englués dans la religion, des pharisiens. Une fois que nous avons étiqueté quelqu’un en fonction de son péché, il est difficile de voir cette personne différemment. Le désir de Jésus de passer au-dessus des fautes de Pierre pour toucher son cœur est sans doute ce qui poussa ce dernier à Le suivre si spontanément. Jésus recentra toujours Pierre sur l’appel que Dieu avait pour sa vie. Il l’attira près de son cœur et ne laissa pas ses fautes, même quand Pierre Le renia, le disqualifier de cet appel.
 

Nous devrions prier que Dieu nous donne les yeux de Mashiah afin que nous puissions voir les perdus en fonction de leur destinée éternelle. C’est à cette condition que nous pourrons effectivement les appeler hors des ténèbres en leur montrant la lumière.
 

LES SIGNES ET LES PRODIGES MONTRENT L’AMOUR DU PÈRE
 

Les miracles, les signes et les prodiges démontrent le Royaume de Dieu et prouvent aux gens la réalité de Son amour. Nous devons comprendre que Jésus n’avait qu’une vie. Sa vie en tant qu’ami était aussi la vie de quelqu’un qui guérissait. Sa vie en tant qu’enseignant était aussi la vie de quelqu’un qui faisait des miracles. Il ne changeait pas d’habit pour exercer Son ministère, tout était lié.
 

Jésus enseigna la nécessité de signes et de miracles dans ce passage souvent incompris à propos de l’officier du roi et de son fils malade : «Ayant appris que Jésus était venu de Judée en Galilée, il alla vers lui, et le pria de descendre et de guérir son fils, qui était près de mourir. Jésus lui dit : Si vous ne voyez des miracles et des prodiges, vous ne croyez point.» (Jn 4. 47, 48). Pris hors contexte, on pourrait croire que Jésus reprend cet homme parce qu’il vient à Lui pour obtenir la guérison de son fils. Si nous examinons cette histoire dans le contexte de la nature de Mashiah, nous savons que Celui-ci désire que nous venions à lui. Sa remarque ne concernait pas les miracles et les prodiges, mais le fait de ne croire qu’en leur présence. Jésus fit ce miracle, mais non de la façon attendue. Cet homme voulait que le Seigneur vienne chez lui pour guérir son fils. Il n’avait pas compris que tout ce que Jésus avait à faire était de prononcer une seule parole pour que le miracle s’accomplisse «Va, ton fils est en vie.».
 

Jésus dit en fait que les œuvres qu’Il accomplit, les miracles et les prodiges, sont les signes qui montrent qu’Il est le Fils de Dieu (Jn 10). Les œuvres surnaturelles de Dieu ne peuvent être dissociées de l’instauration de Son Royaume sur terre. Si nous voulons amener les gens au Père, il ne suffit pas de leur parler de Lui, mais de leur montrer le Père.
 

Le problème ne vient pas des signes et des miracles. Il surgit quand la motivation pour ce qui est surnaturel devient la base d’un ministère ou d’une promotion personnelle, plutôt que l’amour. Je ne peux pas le répéter assez, l’amour est notre fondation. Sans lui, rien de tout cela n’existe. La parole du Seigneur en cette heure c’est que nous poursuivions l’amour. L’amour ajouté à la puissance changeront le monde. La puissance sans l’amour ne sert qu’à promouvoir notre propre royaume. Paul a dit, «Recherchez l’amour. Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie.» (1 Cor. 14. 1) Les dons sont nécessaires dans la mesure où la poursuite de l’amour est notre fondation.
 

L’APPÂT
 

Retour donc au point de départ : Quel appât utilisons-nous? Qu’est-ce qui attire ou non les gens au message du salut? Quel appât devrions-nous choisir? La réponse est à la fois assez simple et cependant éternellement compliquée. L’amour est la réponse. Pas un amour humain, mais un amour divin. Un amour qui devrait être poursuivi car il n’est pas naturel. L’amour que Jésus démontra d’une telle façon que les cœurs les plus endurcis pouvaient se tourner vers Lui. Un amour qui fut prouvé au travers d’une variété de miracles, de signes et de prodiges. Un amour qui brise les chaînes du péché et pourvoit de la nourriture à ceux qui ont faim. Un amour qui passe au-dessus des circonstances naturelles et qui creuse pour trouver le dessein divin profondément inscrit dans le cœur humain. Montrer simplement à quelqu’un son péché ne le change pas. Lui montrer la voie de l’amour et de la vie le change et change le monde.
 

Craig Kinsley
Awake International
_________________
Blog sur la Shoah : http://souvenez-vous.skynetblogs.be/
Pour l`amour de Sion je ne me tairai point, Pour l`amour de Yeroushalaïm je ne prendrai point de repos, Jusqu`à ce que son salut paraisse, comme l`aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s`allume. 2 Alors les nations verront ton salut, Et tous les rois ta gloire; Esaïe 62 : 1
Revenir en haut
Sylvie


Hors ligne

Inscrit le: 01 Nov 2007
Messages: 808

MessagePosté le: Lun 20 Juil - 15:08 (2009)    Sujet du message: L'appât Répondre en citant

;: j'aime bien ça se voit ?
Voilà quelqu'un qui remet les pieds sur terre .
_________________
HEUREUX CEUX QUI ONT FAIM ET SOIF DE JUSTICE,CAR ILS SERONT RASSASIES
matthieu 5:6
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:37 (2016)    Sujet du message: L'appât

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Judaisme messianique dans la foi en Yeshoua Index du Forum -> Le coin des membres -> exhortations Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com